mercredi 23 novembre 2011

Le temps a-t-il aujourd'hui plus de valeur que l'argent ? | Atlantico

Le temps a-t-il aujourd'hui plus de valeur que l'argent ? | Atlantico

On causera de Qui doit gouverner ? à Cannes les 2, 3 et 4 décembre


LES RENCONTRES DE CANNES — les 2, 3, & 4 décembre 2011
Espace Miramar (Cannes)

2012 Pour faire quoi ? Comment ?

Avec David ABIKER - Leili ANVAR - Philippe ASKENAZY - Karol BEFFA - Olivier BISCAYE - Alain CABRAS - Roland CAYROL - Jean-Marc DANIEL - Eric DE MONTGOLFIER - Emery DOLIGÉ - Frédéric FERNEY - Philippe FREMEAUX - Yvan GASTAUT - Franz-Olivier GIESBERT - Jean-François KAHN - Benjamin LANCAR - Gérard LECLERC - François LENGLET - Elisabeth LÉVY - Jean-François MATTÉI - Nordine NABILI - Bernard PERRET - Pierre-Henri TAVOILLOT - Benoit THIEULIN.








Programme sur 

www.rencontresdecannes.fr et l'application I'Phone I'Pad App Store RDC
Débats à suivre en direct sur  www.france3cotedazur.fr

jeudi 17 novembre 2011

Séance de dédicace le 26 novembre 2011


J'ai le plaisir de vous convier à une séance de dédicace pour fêter la parution de mes deux derniers ouvrages : 
Le Samedi 26 novembre 2011
à partir de 17h 
Librairie Marelle
1, rue Perrée 75003 Paris (M° Temple ou République)



Attention : ce samedi 26 novembre est jour de brocante dans le quartier - venir en voiture est fortement déconseillé !

mardi 1 novembre 2011

Qui doit gouverner ?

Qui doit gouverner ? Une brève histoire de l'autorité, Grasset, 2011
sera en librairie et sur amazon le 3 novembre.

Et pour continuer le débat, rendez-vous sur :

http://quidoitgouverner.blogspot.com/

Les idéologies après la fin des idéologies

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/revues/cahiers-francais/2011/364/rub272/ideologies-apres-fin-ideologies.shtml

Paru dans les Cahiers Français, n° 364 (septembre/octobre 2011)

Les idéologies après la fin des idéologies

Après avoir décliné les trois registres de signification auquel renvoie le mot « idéologie », en insistant sur l’acception qui en fait un succédané terrestre des promesses eschatologiques, Pierre-Henri Tavoillot rappelle combien – et à partir de quels ressorts – le XXe siècle s’est montré « consommateur » de ces formes de pensée. Si dès les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale plusieurs auteurs ont pointé la mort des idéologies entendues comme des systèmes totalisants, l’après 1989 a vu naître un discours selon lequel le triomphe de la démocratie libérale de marché marquerait la fin de l’histoire. Ce scénario, et il en va de même pour celui annonçant un soi-disant retour du religieux, pâtit d’une analyse erronée. L’écologie ou encore l’« indignationnisme » peuvent-ils alors en revanche s’affirmer pleinement comme de nouvelles idéologies ? Il semblerait que non, et dans cet échec à ressusciter l’ampleur des mobilisations d’antan on peut voir un progrès des facultés critiques des démocraties.