jeudi 19 mai 2016

Qui est le peuple ?

Le Collège de philosophie
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les séances se tiennent à l’Université Paris-Sorbonne
— Amphi Guizot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles



Samedi 21 mai 2016 


à 14h - Amphi GUIZOT
QUI EST LE PEUPLE ? 
ART POLITIQUE ET DEMOCRATIE
avec

Pierre-Henri TAVOILLOT & Eric DESCHAVANNE 

—— 
 


« La démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». La formule de Lincoln est belle et elle trône en majesté dans notre Constitution, mais sa puissance cache deux énigmes : qui est le peuple ? Et comment gouverner ce peuple qu'il faut suivre ? 

Pour bien finir cette saison du Collège de philosophie, on s'exercera, sinon à élucider ces énigmes, du moins à inventorier les réponses possibles , … et impossibles !

mardi 17 mai 2016

Vieillir : pour ou contre ?

Résumé de l'intervention au Colloque « Vieillissement : mobilité, autonomie, adaptation »
Sorbonne Université, Campus de Jussieu, Amphi Charpak, 
Le 30 et 31 mai 2016
9h-17h


Paradoxale vieillesse de l’âge hypermoderne ! D’un côté, elle est plus sûre, plus durable, plus confortable que jamais, grâce aux retraites, aux progrès de la médecine et à l’augmentation de l’espérance de vie ; d’un autre côté, c’est tout le temps social, qui la réfute : les changements permanents, le culte du nouveau, les impératifs de l’urgence, l’aspiration à un épanouissement infini : tout ce qui semble vouer la pesante vieillesse au rebut. Si aujourd’hui, on vieillit de mieux en mieux — c’est la bonne nouvelle —, on sait de moins en moins pourquoi — c’est tout le problème. Alors, en effet, on peut s’interroger : vieillir pour quoi faire, si l’on ne peut plus rien faire ? Vieillir, à quoi bon, si l’on n’est plus bon à rien ?
On aurait pourtant tort de penser que cette interrogation est propre à l’époque contemporaine. A vrai dire, elle est même l’objet d’une des premières querelles philosophiques : celle qui a opposé au Ve siècle av. J.-C. le poète élégiaque Mimnerme de Colophon au sage athénien Solon. Celui-ci eut à cette occasion une formule fameuse — « en vieillissant, je continue d’apprendre » —, qui sera reprise et commenté par un nombre considérable de philosophes ultérieurs.

En reprenant les arguments pro et contra de cette longue querelle de la vieillesse, on parvient non seulement à identifier les grandes argumentations concurrentes sur le grand âge, mais aussi à mieux identifier ce qu’il y a de véritablement inédit dans la révolution contemporaine de la longévité.