vendredi 13 janvier 2017

Ecole et intergénérationnel

Extrait de Serge Guérin et Pierre-Henri Tavoillot, La guerre des générations aura-t-elle lieu ? Calmann-Lévy, 2017
Rêvons un peu ! Imaginons un Ministre de l’Education Nationale nouvellement nommé, qui réunirait une conférence de presse solennelle pour annoncer qu’il va mettre en place une méthode tout à fait révolutionnaire pour transformer l’enseignement : « Durant les trois ans qui viennent, dirait-il en substance, je promets de ne RIEN FAIRE. Aucune réforme des programmes, aucune transformation des rythmes scolaires, aucune re-re-re-fondation de l’Ecole ! Il s’agira juste de faire le point ; d’évaluer les acquis ; de nettoyer le flot des circulaires ; d’analyser sereinement les ressorts des réussites comme des échecs ; et surtout de laisser respirer les acteurs en leur faisant pour une fois un peu confiance. Voilà mon programme : je sais qu’il est très ambitieux ! Mais, après tout, beaucoup de mes prédécesseurs, n’ont rien transformé en annonçant une foultitude de réformes ; peut-être puis-je espérer améliorer les choses en n’en prévoyant aucune ».
L’Ecole a besoin de concentration : cela vaut pour les élèves comme pour l’Institution. Or les uns comme l’autre sont soumis à un zapping continuel d’injonctions contradictoires qui troublent son attention. Dès qu’un problème sociétal devient à la mode : machisme, obésité, intégrisme, sécurité, environnement, omégas 3, huile de palme, UV, … il faut d’urgence l’intégrer aux programmes. Protégeons nos enfants et l’Ecole contre ces « perturbateurs endoctrinants » et laissons-lui calmement faire son travail, qui n’est pas de « changer les mentalités », mais de donner les outils de comprendre un monde de plus en plus complexe. A quoi bon la lutte contre l’obésité quand 20% de la population est en grande difficulté en lecture, écriture et arithmétique ? 

mardi 3 janvier 2017

Une longue lutte à venir


Décidément l’histoire n’en finit pas. Alors que nous nous étions convaincus, après 1989, que la démocratie et le capitalisme constituaient définitivement « l’horizon indépassable de notre temps », vainqueurs des totalitarismes brun et rouge, promesse de bien-être, de prospérité et de justice universels, voici qu’a émergé un nouveau monstre, vert celui-là : le fondamentalisme musulman. Du Turkestan Ouïghour au « Trappistan » français, du Molenbeek belge à Derna en Libye, de Raqqa en Syrie au désert malien, du Qatar à Java, de l’Afghanistan au Soudan, une nouvelle « Internationale » est née, fondée sur une doctrine commune, animée d’une haine profonde contre l’ensemble des valeurs « modernes » (incontestables à nos yeux) — égalité, liberté, individualisme, tolérance religieuse, bien-être, … — et d’un désir puissant de revanche contre l’occidentalisation du monde ou la mondialisation à l’occidentale. Bien sûr, cette doctrine n’est souvent homogène que par ce refus ; dès qu’elle doit se définir en positif, d’innombrables nuances, scissions et querelles apparaissent, mais comment ne pas voir qu’elle est néanmoins dotée d’une puissante cohérence ? Ceux qui y repèrent seulement la conséquence d’une exclusion sociale produite par le capitalisme ou les rejetons du funeste colonialisme européen se trompent lourdement sur la nature et l’ampleur du phénomène. Car il ne s’agit pas là de la queue d’une comète, mais du début d’une longue séquence ; ce n’est pas un héritage du XIXe siècle, ce sera probablement une bonne partie de l’histoire du XXIe siècle.

Les totalitarismes fascistes et communistes étaient des religions de salut terrestre ; le fondamentalisme musulman est une idéologie de salut céleste. Ses racines plongent dans un désir de pureté et de retour aux sources que l’on retrouve dans toutes les religions révélées. Les différentes réformes juives et chrétiennes l’ont connu et l’Islam, comme elles, en portait le germe depuis Ibn Taymiya (XIIIe siècle) et Abdelwahab (XVIIIe). Mais cette doctrine sans originalité particulière rencontre un puissant ressort géopolitique qui émerge au début du XXe siècle et se diffuse avec une incroyable rapidité après 1979 : le sentiment d’humiliation de l’Islam. Alors qu’il est censé marquer « le sceau de la prophétie », le dernier mot de Dieu sur Terre, la vérité ultime des trois monothéismes, partout l’islam se trouve dénigré, rabaissé, dénaturé, souvent par les musulmans eux-mêmes dans une mondialisation qui semble se faire sans lui et contre lui.
C’est sur cette humiliation que les premiers théoriciens, au Pakistan ou en Egypte, assoient leur entreprise de reconquête idéologique. Comme le fascisme, ils promettent le retour aux sources et à la communauté pure des origines ; comme le communisme, ils annoncent une révolution totale des esprits, des mœurs et des structures, une conversion totale du monde à la Cause, l’avènement d’une aube nouvelle. Mais contre les idéologies totalitaires du XXe siècle, ils dénoncent la vision scientifique du monde (lutte des races ou luttes des classes) et prônent le retour à la « vraie religion », c’est-à-dire un mode d’existence individuel et collectif qui ne fait pas du religieux un élément parmi d’autres d’une vie (à côté du familial, du professionnel, du politique), mais toute la vie. C’est là la définition exacte du totalitarisme.
            Face à cette radicalité (au sens du retour à la racine), le musulman dit « modéré », intégré dans la modernité et virtuellement laïc (au sens où il fait du sacré une simple affaire de foi), a bien du mal à lutter, car, sans aucun doute possible, le fondamentaliste est plus religieux que lui. Comment celui qui accepte de se soumettre aux lois humaines contre la loi de Dieu, qui négocie avec le temps présent contre l’éternité divine, qui transige avec l’impératif absolu du salut, ne pourrait-il pas forcément apparaître comme impie aux yeux des radicaux ? Le musulman « modéré » fera figure de traitre collabo inconséquent et toutes ses justifications auront bien du mal à « passer » dans une religion qui fait de la simplicité son exigence suprême. Avec le sentiment d’humiliation, c’est la mauvaise conscience qui fournit son arme la plus efficace au fondamentaliste.
            Mais le fondamentaliste n’est pas lui-même sans contradiction, car sa fuite en arrière n’a pas de fin. A rechercher la vérité première, à dénoncer « les innovations religieuses » infidèles à la lettre ou à l’esprit de l’Islam soi-disant authentique, le fondamentaliste ne peut être en repos. Comme dans tous les mouvements révolutionnaires (SS contre SA, purges staliniennes, …), il trouvera toujours plus radical que lui. Son aspiration originariste déclenche une surenchère qui est à l’œuvre actuellement au sein de tous les mouvements « tafkiristes ». La chasse au mécréant est ouverte chez les jihaidistes eux-mêmes. C’est la bonne nouvelle. Mais la quête de pureté totale conduit aussi le fondamentaliste à l’amour du néant et de l’autodestruction. C’est ce qui explique que l’attentat suicide soit aussi répandu chez les jihadistes : il est la conclusion logique de leur engagement. C’est la mauvaise nouvelle.


Pour cette idéologie puissante, cohérente et destructrice, tous les discours de repentance, tous les regrets post-coloniaux, sont des renforts précieux. Ils confortent l’idée que l’Occident est décadent, humiliant et oppresseur ; ils interdisent à quiconque d’occuper l’espace intermédiaire entre un éloge irénique de la modernité et sa détestation féroce. Pour lutter contre ce fondamentalisme, c’est cet espace intermédiaire qu’il faut d’abord reconquérir. Il est plus que temps de penser que la démocratie n’est pas si délabrée que cela, que l’Occident n’a pas que des défauts et qu’entre la mort de Dieu et le matérialisme consumériste, il y a un vaste et fertile continent à continuer de défricher.

mercredi 7 décembre 2016

La Confiance

C'est le thème des Rencontres de Cannes
qui ont lieu cette année les 16, 17, 18 décembre


Débats en direct sur http://www.facebook.com/rdcannes/


  • Le thème : LA CONFIANCE
  • Introduction et conclusion du colloque par Pierre-Henri Tavoillot
  • 4 tables rondes (120' chacune, questions/réponses avec la salle comprises)
  • 1 Entretien croisé (60’) Leili Anvar & Cyrille Javary
  • 1 Spectacle : L'ardente lyre, Improvisades autour d'Apollinaire.(75‘) Leili Anvar, Karol Beffa, Pascal Bouterin, Alain Brunet, Frederic Ferney.
  • 1 billet introductif avant chaque table ronde (10/15')
  • 1 "grain de poivre" en conclusion de chaque journée (10'/15')
  • Interviews par Nordine Nabili
  • Interviews par Olivier Biscaye
INTERVENANTS 
Leili ANVAR - Karol BEFFA - Pascal BOUTERIN - Nicolas BOUZOU - Gerald BRONNER - Anne BRUCY - Alain BRUNET - Roland CAYROL - Thibaud DELAVIGNE - Renaud DÉLY - Gérard DESPORTES - Frederic FERNEY - Philippe FREMEAUX - Olivier GALLAND - Yvan GASTAUT - Cyrille J.-D.  JAVARY - Axel KAHN - Elisabeth LEVY - Éric de MONTGOLFIER - Anne MUXEL - Nordine NABILI - Ghislaine OTTENHEIMER - Pascal PERRINEAU - Ollivier POURRIOL - Marc RIGLET - Anne ROSENCHER - Dominique ROUSSET - Jean-Christophe RUFIN - Claudia SENIK - Pierre-Henri TAVOILLOT - Laurence VANIN.


mardi 29 novembre 2016

Quel conservatisme : politique ou moral ?


Parmi les réactions au précédent message, certains m’objectent que j’utilise le terme de conservateur en un sens purement politique, alors que le véritable conservatisme de Fillon concerne ses convictions « morales et religieuses ». Cette objection est juste, mais puisque je me fonde, dans mon analyse, sur les textes publiés de Fillon (son livre Faire et celui sur le totalitarisme djihadiste), je dois préciser que j’y ai apprécié précisément que les croyances soient mises à l’écart du politique. C’est en ce sens que Fillon est libéral, il reconnaît une pluralité de conceptions du bien, au-delà de la sienne qu’il affiche pourtant volontiers (voir le chapitre XIV de Faire sur La foi). Je ne partage ni sa croyance ni ses choix profonds, mais je constate que, tout en les révélant, il n'en déduit pas une politique pour la collectivité.

Pour exemple, un passage du chapitre sur l’éducation :


« Quand j’étais ministre de l’Education Nationale, j’ai été le témoin navré des luttes qui opposent depuis des années les pédagogues réformateurs et les tenants des méthodes traditionnelles – les « pédagogos » et les « réactionnaires », ainsi qu’ils s’invectivent entre eux. Par tempérament et par conviction, c’est avec les seconds que j’étais le plus souvent d’accord. Mais ce débat m’a toujours gêné. D’abord parce que je ne suis jamais satisfait d’être réduit à l’alternative entre déconstruction et nostalgie. Nous avons trop tendance à redouter dans toute innovation un délitement et à regarder exclusivement vers le passé pour rechercher nos idéaux, et dans nos débats sur l’éducation, ce blocage mental est criant. »

Et on pourra se reporter à d'autres passage sur le mariage pour tous, l'avortement, et la politique de la famille … 

Le conservatisme personnel de Fillon est donc encadré par son libéralisme … pourvu qu'on prenne le terme dans son sens exact. Et là encore, ce n'est pas gagné …